Itinéraire

Les premières émotions musicales

La musique, un art très structurant dans la construction de soi, occupe une place majeure dans ma vie.
Mes premières émotions musicales remontent à l’enfance. Petite fille, des heures durant, j’écoutais France Musique dans ma chambre. À chacun de mes jeunes anniversaires, je me faisais offrir des disques avec une prédilection pour Bartok, Ligeti et Chostakovich.

Laisser grandir avec patience

Ce qui a été sans doute déterminant, c’est que dans la maisonnée de nos voisins trônait cet instrument vorace aux dents blanches et noires : un piano quart de queue Pleyel des années 1920 qui m’attirait énormément !
Après avoir pianoté tout un été sur cet instrument, j’ai exprimé à mes parents le désir de prendre des cours de piano. Je suis entrée en classe de piano ainsi qu’en danse contemporaine à 8 ans au Conservatoire de Poitiers. J’avais déjà fréquenté certaines de ses « antennes » délocalisées dans des quartiers de la ville pour des cours d’éveil musical de 6 à 8 ans.

À partir du collège j’ai été scolarisée en Classe à Horaires Aménagés Musique (CHAM) à Poitiers dans une option à dominante chant choral. Dans le même temps et pendant 10 années consécutives j’ai travaillé le piano au conservatoire avec Alain VillardPianiste et pédagogue de renom, mon premier professeur m’a transmis son exigence et aussi son plaisir de « jouer » au sens premier du terme.

Au fil des années de cours avec le même professeur, des choses très profondes s’établissent : une relation affective fervente mais aussi cette transmission tranquille, celle qui consiste à laisser grandir avec patience.

Au conservatoire lyonnais

Après la fin du troisième cycle au conservatoire poitevin, happée par des études supérieures prenantes à Paris puis à Lyon (Hypokhâgne, fac d’italien puis Sciences- Po Lyon), j’ai laissé un temps de côté mon instrument. Pas pour trop longtemps heureusement : j’ai pu reprendre au Conservatoire de Lyon le piano dans la classe de Manuel Schweizer. À son contact pendant plus de 2 ans, en cycle spécialisé, j’ai changé beaucoup d’aspects “techniques” de mon jeu afin de me rapprocher des sonorités que je recherchais…une quête sonore bien sûr encore et toujours « in progress ».
J’ai obtenu mon DEM (diplôme d’études musicales) en  musique de chambre au Conservatoire de Lyon dans la classe de Joël Nicod (Directeur du Concours International de Musique de Chambre de Lyon/ Corniste à l’Orchestre National de Lyon) en duo avec Hong Chang, aujourd’hui flûtiste solo de l’Opéra de Tsingtao, en Chine.

Quelques concerts marquants

En juin 2015, avec mon amie pianiste Mirette Hanna (enseignante au conservatoire du Caire en Egypte) nous avons été invitées à jouer en concert à l’École des Mines de Paris en clôture d’un colloque scientifique sur le thème de la couleur. Concert que nous avons intitulé en clin d’oeil à Bach : « Fantaisie chromatique ».

Le 12 mars 2016, je participe au spectacle « jeunes talents »: l’Orient revisité à l’Institut du Monde Arabe de Paris.  J’y ai créé : « Le piano oriental » un projet musical personnel au piano avec projection de la bande-dessinée : Le piano oriental de Zeina Abirached (éditions Casterman, 2015).

Fin mai 2016 je participe au Concours International de piano d’Ile-de-France et suis récompensée par le prix spécial Béla Bartók.

En juin 2016, je suis invitée à jouer pour le finissage d’une exposition du peintre américain Yale Epstein dans une galerie d’art contemporain à Capri (Italie).

En décembre 2018 et 2019, avec l’ensemble Saturnalia composé de Paolo Notargiacomo, Ilona Gault (piano), Francesca Cescon (flûte), Orietta Manente (soprano), GianAntonio Rossi (guitare), nous jouons lors des concerts du Nouvel An dans la collégiale d’Arpino (Latium, Italie).

J’essaye de multiplier les opportunités de jouer en public car c’est l’occasion de préparer un répertoire nouveau, d’apprendre à mieux contrôler son stress, de se mesurer à soi-même et évidemment de partager le fruit d’un travail solitaire. Se produire en public, dans toutes sortes de circonstances : rodage d’un programme entre amis, concert, concours, moment musical sur un « street-piano » donne un sens à ces longues heures de travail « retiré » en tête-à tête avec son instrument.

Des rencontres

En 2006 et 2007, j’ai été stagiaire sur la matinale de France Musique aux côtés de Stéphane Grant pendant deux été consécutifs.

Outre la relation régulière avec mes deux professeurs de piano du conservatoire de  Poitiers puis de Lyon, j’ai eu la chance de bénéficier pendant ma formation des conseils de Françoise ThinatAnne QueffélecCarole Carniel, Pascal Amoyel, du Trio Wanderer, lors de master-classes publiques ou de cours.

J’ai travaillé également pour de brèves périodes le piano avec Catherine Schneider à Poitiers et Christophe Guéméné à Lyon.

Ces dernières années, j’ai poursuivi mon travail instrumental avec le pianiste David Braslawsky et depuis peu à Venise avec Letitzia Michielon.

De « Cours Piano Ilona » à Paris, à « Piano piano » à Venise

Après plusieurs incursions professionnelles en dehors du monde de la musique, la nécessité impérieuse de renouer avec ma première passion s’est faite ressentir.

En 2016, j’ai créé à Paris mon auto-entreprise “Cours Piano Ilona” avec l’envie et la fraîcheur d’une jeune enseignante dynamique et passionnée.

L’été 2016, bien décidée à lier mes deux passions : Venise et la musique, je lance « Piano piano Venezia » en m’installant dans la lagune pour proposer des cours de piano à un public italophone et/ou francophone stable ou de passage à Venise.

Depuis septembre 2016, je suis également professeure de piano à l’Accademia Musicale Giuseppe Verdi de Venise.